pilotage durable performanceMondialisation, travail en réseau, modification des chaînes de valeur, coopétition..., les organisations professionnelles sont des écosystèmes de plus en plus complexes, tant dans leur organisation interne que dans leur interaction avec leur environnement.

Dans le même temps, elles doivent faire face à une pression croissante de leurs parties prenantes :

  • Les actionnaires ou les mandants exigent plus de résultat, plus vite;
  • Les collaborateurs demandent plus de reconnaissance individuelle et d'intelligence collective; car désormais mieux formés, leur relation au travail a beaucoup évolué;
  • La pression sociétale ne cesse de croître et de changer de forme et de nature (règlementations, lobbies, pression médiatique, transparence et "accountability"...).

Pour assurer la performance à long terme d'une organisation, les pratiques de management gagnent à s'enrichir des méthodes et analyses menées avec l'approche développement durable.

Le pilotage durable et l'efficacité de l'orientation stratégique d'une entreprise ou d'un service public est à l'intersection des domaines de l'économie, du social et de la relation à l'environnement.

Les pratiques de gestion devront respecter les principes suivants:

  • tenir compte de l'interaction entre le modèle de performance (organisation, capacités, innovation) et le tissu social des unités, par le respect des particularités de chacune des unités.
  • renforcer l'efficience du management par une mesure dynamique et pertinente des risques, tenant compte des évolutions permanentes de l'environnement.
  • conforter le progrès par une capitalisation des pratiques, tirant profit de l'intelligence collective et des expériences partagées.

Mieux reconnues et accompagnées, les unités opérationnelles contribueront alors de manière permanente à l'enrichissement des pratiques et des outils de pilotage.

Dans le cas de la démarche 5 steps, les roadmaps traduisent les priorités stratégiques de l'organisation en termes concrets, laissant aux entités la capacité d'adapter la réponse et le calendrier de mise en oeuvre. Ces contributions enrichissent au quotidien le capital de connaissance de l'organisation et facilitent les échanges de bonnes pratiques.

Les unités mesurent leur avancement et donnent aux managers une vision contrastée et pertinente des progrès et des risques encourus. Ces indicateurs sont disponibles pour chaque niveau de l'organisation et contribuent à l'enrichissement du dialogue de gestion.

La Direction Générale dispose ainsi des indicateurs adaptés au pilotage d'organisations même complexes et les unités y trouvent des outils de conduite du changement local, de capitalisation et d'amélioration des pratiques et de mesure de leur progrès.