rythme_temporalité_strategie_methode_5_stepsLe temps fait partie intégrante de la vie des organisations.
Toute action s’inscrit dans la durée, plus ou moins courte. Ces notions de temps et de durée sont encore plus importantes dans le domaine de la stratégie des entreprises.
En effet, la stratégie refuse la vision à court terme et tente d'installer durablement l’entreprise dans son environnement.
Cependant, les actions stratégiques, inscrites dans cette perspective de long terme, vont avoir chacune leur propre rythme ; rythme qui n’est pas toujours synchronisé avec le rythme du processus auquel elles sont rattachées.

Ainsi certaines transformations techniques majeures des outils de production nécessitent des actions longues bien qu’elles visent le processus de production, qui peut être un processus court.

A l’inverse, certaines conduites du changement qui visent la transformation de l’identité et de la culture de l’entreprise, donc un processus long, peuvent se traduire par une série d’actions rapides. Il est donc nécessaire de réfléchir à la manière de composer avec ces différentes temporalités.

De plus, les individus au sein de l’organisation ont besoin de temps : pour générer un consensus, pour s’approprier des nouveaux outils ou des nouvelles manières de travailler, pour construire une confiance.

Se pose également le problème de la disponibilité de la ressource au bon moment. Les individus peuvent participer à des actions ou des processus avec des rythmes et des temporalités très différentes.

La gestion du temps, dans son sens le plus large, impose donc de réfléchir à une « ingénierie » des rythmes (1).
Et ce d’autant plus dans le domaine de la stratégie, où les actions et les processus, qu’ils soient courts ou longs, participent à l’atteinte d’une situation durable de l’organisation.

Comment utiliser cette idée de rythme pour construire, animer et évaluer la stratégie ?

La méthode 5 steps, qui assure la mise en œuvre de la stratégie des entreprises, prend en compte ces dimensions temporelles de deux manières :

  • au cours de la rédaction de la roadmap, les contraintes de temps sont intégrées. Les leviers d’action de la roadmap permettent de gérer une problématique sous tous ses angles et ainsi d’inclure mais surtout de faire cohabiter les contraintes temporelles de chacun de ces leviers d’action.
  • une fois les roadmaps déployées, chaque entité va pouvoir, selon ses contraintes et ses spécificités (organisation, ressources disponibles, etc.), avancer à son propre rythme sur le sujet de la roadmap. Chaque entité va négocier avec sa direction l’objectif qu’elle se fixe en termes de niveaux à atteindre et de délai pour l’atteindre. La méthode incite donc le management à s’adapter au rythme des entités pour assurer la bonne compréhension puis la mise en œuvre de la stratégie.

(1) Lacroux et Nourry "Temps et rythmes de la stratégie, conférence de l'AIMS, 1997