F_main_stylo Certaines parutions récentes dans la presse décrient le déploiement de l'approche Lean 6 Sigma comme étant souvent "top down" et directive, sans prise en compte de la dimension humaine dans l'organisation. On note, par ailleurs que le manager Lean 6 sigma a pour mission d'éliminer les gaspillages, réduire la variabilité et recentrer le processus.

L'organisation quelle qu'elle soit fonctionne grâce aux femmes et aux hommes qui la composent. Le fait qu'elle se mette en mouvement repose sur la motivation des dirigeants et de l'ensemble des collaborateurs ainsi que sur la qualité des relations interpersonnelles existantes. Sans la prise en compte des individus et sans leur adhésion pour insuffler la dynamique et entretenir le mouvement, il est vain de poursuivre le moindre objectif d'amélioration de la performance !

Le rôle du manager Lean ou de l'animateur Black Belt

En se concentrant sur les aspects techniques, le manager se focalise sur ce qui est le plus rationnel à mettre en oeuvre et risque ainsi de mettre de côté la dimension humaine. Pour mener à bien son projet, il doit susciter l'adhésion des collaborateurs; être à l'écoute des craintes et s'interesser aux pratiques existantes afin de donner du sens et de l'intérêt à l'utilisation de la méthode. L'animation est le levier le plus puissant, mais le plus délicat à actionner que le manager a à sa disposition. Pour le consultant ou pour le black belt, c'est aussi l'aspect le plus interessant de la mission.

L'intégration de la dimension humaine dans 5 steps

La méthode 5 steps permet de structurer la mise en oeuvre et le déploiement d'une démarche d'amélioration continue sur l'ensemble des leviers et notamment le levier animation. Elle permet à la fois d'animer cette mise en oeuvre et ce déploiement, mais aussi de piloter et de suivre l'adhésion des acteurs sur les différents niveaux de maturité de l'amélioration continue. On s'assure ainsi que les fondations sont stables et que l'adhésion des équipes est suffisante. Dans les feuilles de routes 5 steps, rédigées par les équipes avec le langage culturel et le vocabulaire métier de l'organisation, chacun y trouve sa place et y contribue selon son positionnement. On avance ainsi par petits pas dans une direction claire et définie.

Loïc Chavoix